SALARIÉS PROTÉGÉS : LA RÉSILIATION DU CONTRAT NE FAIT PAS NAITRE UN DROIT À REINTEGRATION

Dans un arrêt du 3 octobre 2018, la Cour de cassation est venue préciser que la résiliation judiciaire du contrat de travail demandée par un salarié protégé ne fait pas naître un droit à réintégration dans ses fonctions.

Depuis 2005, les salariés protégés peuvent agir en résiliation judiciaire de leur contrat de travail en cas de manquement suffisamment grave de l’employeur à ses obligations (Soc, 16 mars 2005, n° 03-40.251). Lorsque les juges font droit à la demande, la résiliation judiciaire produit les effets d’un licenciement nul et, en principe, en application de l’article L.1235-3-1 du Code du travail, lorsque le licenciement est nul, le salarié à la possibilité de demander sa réintégration.

En l’espèce, un salarié titulaire d’un mandat de délégation du personnel avait sollicité la résiliation judiciaire de son contrat de travail aux torts de l’employeur et demandait sa réintégration.

La Cour d’Appel de Versailles avait fait droit à sa demande de réintégration mais avait refusé de faire droit à sa demande de réintégration, arguant de l’incompatibilité des demandes de résiliation judiciaire et de la réintégration :

« le salarié ne saurait demander tout à la fois la résiliation judiciaire de son contrat, c’est-à-dire la rupture du lien contractuelle aux torts de l’employeur et sa réintégration dans l’entreprise qui suppose au contraire son rétablissement. »

La Cour de Cassation a approuvé ce raisonnement et reconnait ainsi les caractères contradictoires et incompatibles d’une demande de résiliation judiciaire et d’une demande de réintégration.

Cette décision, de bon sens, a, à notre sens, vocation à s’appliquer à toutes les situations où le salarié sollicite la résiliation judiciaire de son contrat de travail, protégé ou non.

(Soc, 3 octobre 2018, n°16-19.836)

 

Visuel conçu à partir d’une image Freepik

Partager cet article

Les dernières actus

Congés payés : le silence de l’employeur vaut acceptation

L’organisation des départs en congés ressort du pouvoir de l’employeur ; le salarié ne peut donc pas en principe fixer lui-même ses dates de congé, ni a fortiori s’absenter sans autorisation préalable de l’employeur. En pratique, les salariés soumettent...

Inaptitude et dispense de reclassement

La Cour de cassation vient certainement de mettre fin au débat sur la nécessité, pour l’employeur, de consulter, ou non, le CSE pour recueillir son avis sur un reclassement que l’avis d’inaptitude l’a dispensé d’effectuer précisant que l’état de santé du salarié...

Focus : Clause de non-concurrence

Par un arrêt du 26 janvier 2022 (n° 20-15.755), la Cour de cassation a précisé sa jurisprudence relative à la clause de non concurrence :  Clause de non-concurrence : la contrepartie financière ouvre droit à congés payés. Dans cet arrêt, la Cour de...