RUPTURE CONVENTIONNELLE ET TRANSACTION : LES POUVOIRS DU JUGE LIMITES ?

La transaction signée après la rupture conventionnelle limite les pouvoirs du juge.

Ainsi, dès lors que le salarié y déclare expressément avoir reçu les indemnités globales qui compensent ses préjudices au titre du contrat de travail tant dans sa conclusion, exécution que dans sa rupture, le juge ne pourra pas condamner l’employeur au paiement d’une indemnité compensatrice de congés payés (Cass. soc. 12-11-2020 n° 19-12.488 F-D).

Partager cet article

Les dernières actus

Congés payés : le silence de l’employeur vaut acceptation

L’organisation des départs en congés ressort du pouvoir de l’employeur ; le salarié ne peut donc pas en principe fixer lui-même ses dates de congé, ni a fortiori s’absenter sans autorisation préalable de l’employeur. En pratique, les salariés soumettent...

Inaptitude et dispense de reclassement

La Cour de cassation vient certainement de mettre fin au débat sur la nécessité, pour l’employeur, de consulter, ou non, le CSE pour recueillir son avis sur un reclassement que l’avis d’inaptitude l’a dispensé d’effectuer précisant que l’état de santé du salarié...

Focus : Clause de non-concurrence

Par un arrêt du 26 janvier 2022 (n° 20-15.755), la Cour de cassation a précisé sa jurisprudence relative à la clause de non concurrence :  Clause de non-concurrence : la contrepartie financière ouvre droit à congés payés. Dans cet arrêt, la Cour de...