RELATION AMOUREUSE AU TRAVAIL : EST-IL ADMIS DE SURVEILLER SON COLLEGUE AU MOYEN D’UN OUTIL PROFESSIONNEL ?

Un salarié avait décidé de surveiller sa collègue avec laquelle il avait entretenu une relation amoureuse. Pour ce faire, il avait posé une balise GPS dans son véhicule et lui avait semble-t-adressé des lettres intimes.

Licencié pour faute grave, notamment pour harcèlement moral, le salarié a saisi le Conseil de prud’hommes en plaidant qu’il s’agissait de faits relevant de sa vie personnelle.

Les juges du fond et la Cour de cassation lui ont donné raison et ont rappelé à l’employeur que les faits relevant de la vie personnelle du salarié ne peuvent justifier un licenciement disciplinaire. (Cass. Soc., 16 déc. 2020, n°19-14665)

Partager cet article

Les dernières actus

Congés payés : le silence de l’employeur vaut acceptation

L’organisation des départs en congés ressort du pouvoir de l’employeur ; le salarié ne peut donc pas en principe fixer lui-même ses dates de congé, ni a fortiori s’absenter sans autorisation préalable de l’employeur. En pratique, les salariés soumettent...

Inaptitude et dispense de reclassement

La Cour de cassation vient certainement de mettre fin au débat sur la nécessité, pour l’employeur, de consulter, ou non, le CSE pour recueillir son avis sur un reclassement que l’avis d’inaptitude l’a dispensé d’effectuer précisant que l’état de santé du salarié...

Focus : Clause de non-concurrence

Par un arrêt du 26 janvier 2022 (n° 20-15.755), la Cour de cassation a précisé sa jurisprudence relative à la clause de non concurrence :  Clause de non-concurrence : la contrepartie financière ouvre droit à congés payés. Dans cet arrêt, la Cour de...