MINIMA CONVENTIONNELS : LES TICKETS-RESTAURANT DOIVENT-ILS ÊTRE PRIS EN COMPTE DANS LA RÉMUNERATION MINIMALE DU SALARIÉ ?

Depuis une jurisprudence de 2006, la Cour de cassation jugeait que les tickets-restaurants constituaient « un avantage en nature payé par l’employeur entrant dans la rémunération du salarié » (Cass. Soc. 29 nov. 2006, n° 05-42.853 ; Cass. Soc, 1er mars 2017, °15-18.333).

Dans cet arrêt du 3 juillet dernier, la Cour de Cassation a opéré un revirement de jurisprudence. (Cass. Soc. 3 juillet 2019, n°17-18.210)

En l’espèce, un salarié, embauché en qualité d’ingénieur mécanicien, avait démissionné, avant de saisir la juridiction prud’homale pour obtenir la requalification de sa démission en prise d’acte aux torts de l’employeur.

Il faisait notamment valoir que le montant des tickets restaurant ne devait pas entrer dans l’assiette des minima conventionnels.

A l’inverse, la société considérait que les tickets-restaurant constituaient des avantages en nature qui devaient entrer dans la rémunération du salarié.

Confirmant la position de la Cour d’Appel d’Aix en Provence, la Cour de cassation a jugé que :

« les sommes consacrées par l’employeur pour l’acquisition par le salarié de titres-restaurant n’étant pas versées en contrepartie du travail, elles n’entrent pas dans le calcul de la rémunération à comparer avec le salaire minimum conventionnel. »

Désormais, il faut donc considérer que le ticket-restaurant n’a donc pas vocation à intégrer l’assiette de de rémunération du salarié pour la comparer aux minimas conventionnels.

Partager cet article

Les dernières actus

Congés payés : le silence de l’employeur vaut acceptation

L’organisation des départs en congés ressort du pouvoir de l’employeur ; le salarié ne peut donc pas en principe fixer lui-même ses dates de congé, ni a fortiori s’absenter sans autorisation préalable de l’employeur. En pratique, les salariés soumettent...

Inaptitude et dispense de reclassement

La Cour de cassation vient certainement de mettre fin au débat sur la nécessité, pour l’employeur, de consulter, ou non, le CSE pour recueillir son avis sur un reclassement que l’avis d’inaptitude l’a dispensé d’effectuer précisant que l’état de santé du salarié...

Focus : Clause de non-concurrence

Par un arrêt du 26 janvier 2022 (n° 20-15.755), la Cour de cassation a précisé sa jurisprudence relative à la clause de non concurrence :  Clause de non-concurrence : la contrepartie financière ouvre droit à congés payés. Dans cet arrêt, la Cour de...