Licenciement pour motif économique : la baisse du chiffre d’affaires n’est pas le seul critère à prendre en compte

Dans un arrêt du 21 septembre 2022 (Cass. Soc., 21 sept. 2022, n°20-18.511), la Cour de cassation a jugé que l’impossibilité pour l’employeur, dans le cadre d’un licenciement économique, de démontrer la baisse sur trois trimestres consécutifs des commandes et/ou du chiffre d’affaires, ne suffisait pas à juger le licenciement sans cause réelle et sérieuse.

En l’espèce, un salarié ayant fait l’objet d’un licenciement pour motif économique contestait le bien-fondé de la rupture.

La cour d’appel lui avait donné gain de cause, retenant que la preuve de la réalité des difficultés économiques n’était pas rapportée et que la société ne justifiait pas de sa situation économique à la date exacte du licenciement. En effet, l’employeur n’était pas parvenu à démontrer la baisse sur trois trimestres consécutifs des commandes et/ou du chiffre d’affaires. Ce même employeur faisait néanmoins valoir d’autres éléments, de nature, selon lui, à caractériser de telles difficultés – en l’occurrence des capitaux propres inférieurs à la moitié du capital social et un niveau d’endettement significatif.

La Cour de cassation casse l’arrêt d’appel en jugeant que « si la réalité de l’indicateur économique relatif à la baisse du chiffre d’affaires ou des commandes au cours de la période de référence précédant le licenciement n’est pas établie, il appartient au juge, au vu de l’ensemble des éléments versés au dossier, de rechercher si les difficultés économiques sont caractérisées par l’évolution significative d’au moins un des autres indicateurs économiques énumérés par ce texte, telles que des pertes d’exploitation ou une dégradation de la trésorerie ou de l’excédent brut d’exploitation, ou tout autre élément de nature à justifier de ces difficultés ».

Business illustrations by Storyset

Partager cet article

Les dernières actus

Vers une nouvelle définition de l’astreinte ?

Par arrêt du 26 octobre 2022 (Cass. Soc. 26, oct. 2022, n°21-14178), la Cour de cassation relance le débat sur la distinction entre astreinte et temps de travail effectif. Selon l’article L. 3121-5 du même code, une période d'astreinte s'entend comme une période...