LE « VAPOTAGE » AU TRAVAIL EST DESORMAIS INTERDIT

La loi  n°2016-41 de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016, promulguée le 27 janvier 2016, a inséré un nouvel article, l’article L. 3511-7-1 du Code du travail qui prévoit désormais qu’ « il est interdit de vapoter dans : 1° Les établissements scolaires et les établissements destinés à l’accueil, à la formation et à l’hébergement des mineurs ; 2° Les moyens de transport collectif fermés ; 3° Les lieux de travail fermés et couverts à usage collectif. Un décret en Conseil d’Etat fixe les conditions d’application du présent article. »

 

Qu’est ce qui change pour les employeurs ?

Avant la loi du 26 janvier dernier, le Conseil d’Etat dans un avis du 17 octobre 2013, avait estimé que l’article 3511-7 du Code du travail interdisant « de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif, notamment scolaire, et dans les moyens de transport collectif, sauf dans les emplacements expressément réservés aux fumeurs » n’était pas applicable à la cigarette électronique.

En pratique, le vapotage était jusqu’à présent toléré dans les entreprises. Les employeurs pouvaient dans le cadre du règlement intérieur, justifier de mesures pour interdire la « e-cigarette », sous réserve des conditions posées à l’article L. 1321-2 du Code du travail.

Désormais, il sera interdit de vapoter dans l’entreprise.

Un doute subsiste : est-il interdit de « vapoter » dans les bureaux individuels ou pas (non prévu par l’article L.3511-7-1 du Code du travail).

Le décret d’application, à venir, devrait apporter des précisions sur ce point.

Partager cet article

Les dernières actus

Congés payés : le silence de l’employeur vaut acceptation

L’organisation des départs en congés ressort du pouvoir de l’employeur ; le salarié ne peut donc pas en principe fixer lui-même ses dates de congé, ni a fortiori s’absenter sans autorisation préalable de l’employeur. En pratique, les salariés soumettent...

Inaptitude et dispense de reclassement

La Cour de cassation vient certainement de mettre fin au débat sur la nécessité, pour l’employeur, de consulter, ou non, le CSE pour recueillir son avis sur un reclassement que l’avis d’inaptitude l’a dispensé d’effectuer précisant que l’état de santé du salarié...

Focus : Clause de non-concurrence

Par un arrêt du 26 janvier 2022 (n° 20-15.755), la Cour de cassation a précisé sa jurisprudence relative à la clause de non concurrence :  Clause de non-concurrence : la contrepartie financière ouvre droit à congés payés. Dans cet arrêt, la Cour de...