La réparation des conséquences de l’accident du travail ou de la maladie professionnelle relève de la compétence exclusive des juridictions de sécurité sociale

Depuis 2006, la Chambre sociale de la Cour de cassation jugeait qu’un salarié licencié pour inaptitude physique à l’emploi résultant d’un accident du travail dû à une faute inexcusable de l’employeur avait droit à une indemnisation au titre du préjudice résultant de la perte de son emploi et/ou de ses droits à la retraite. Soc 17/05/2006 n°04-47.455, Soc 26/10/2011 n°10-20.991

Cette position de la Chambre sociale était alors en contradiction avec celle de la chambre mixte, qui dans une espèce similaire, jugeait que la perte de droits à la retraite, même consécutive à un licenciement du salarié pour inaptitude physique était couverte de manière forfaitaire par la rente majorée, laquelle répare notamment les pertes de gains professionnels et les conséquences de l’incapacité du salarié. Chbre mixte 9/01/2015 n°13-12.310

Par un arrêt récent du 6 octobre 2015 la chambre sociale revient sur sa jurisprudence et se rallie à la position de la chambre mixte. Elle décide désormais que la victime d’un accident du travail, dû à la faute inexcusable de l’employeur, ne peut pas obtenir devant le juge prud’homal une indemnité en réparation de la perte de son emploi.

La victime de l’accident du travail dû à une faute inexcusable de l’employeur a droit à une rente d’incapacité permanente majorée, qui indemnise notamment la perte de gains professionnels et les incidences professionnelles de l’incapacité.

La réparation des conséquences de l’accident du travail ou de la maladie professionnelle relève donc désormais de la seule compétence des juridictions de sécurité sociale. Soc 6/10/2015 n°13-26.052

Mélanie Conoir, Avocat à la cour, 2015

 

Partager cet article

Les dernières actus

Congés payés : le silence de l’employeur vaut acceptation

L’organisation des départs en congés ressort du pouvoir de l’employeur ; le salarié ne peut donc pas en principe fixer lui-même ses dates de congé, ni a fortiori s’absenter sans autorisation préalable de l’employeur. En pratique, les salariés soumettent...

Inaptitude et dispense de reclassement

La Cour de cassation vient certainement de mettre fin au débat sur la nécessité, pour l’employeur, de consulter, ou non, le CSE pour recueillir son avis sur un reclassement que l’avis d’inaptitude l’a dispensé d’effectuer précisant que l’état de santé du salarié...

Focus : Clause de non-concurrence

Par un arrêt du 26 janvier 2022 (n° 20-15.755), la Cour de cassation a précisé sa jurisprudence relative à la clause de non concurrence :  Clause de non-concurrence : la contrepartie financière ouvre droit à congés payés. Dans cet arrêt, la Cour de...