Fin d’une réparation automatique en cas de nullité d’une clause de non concurrence

Mettant fin à toute « présomption de préjudice », la Chambre sociale de la Cour de cassation, exige, désormais depuis un arrêt rendu en date du 13 avril 2016,  que le salarié qui se prévaut d’un manquement de l’employeur et en réclame réparation,  apporte la preuve d’une faute, d’un préjudice et d’un lien de causalité entre les deux.

Dans le prolongement de cet arrêt, la chambre sociale, dans un arrêt récent du 25 mai 2016, confirme cette position en matière de clause de non concurrence illicite.

Désormais, le salarié qui se prévaut de la nullité d’une clause de non concurrence, ne peut obtenir, des dommages et intérêts que s’il justifie de la preuve d’un préjudice subi.

Le présent arrêt rappelle également que l’existence et l’évaluation du préjudice relèvent du pouvoir souverain d’appréciation des juges du fond. 

Cass.soc. 25 mai 2016 n° 14-20578

Partager cet article

Les dernières actus

Congés payés : le silence de l’employeur vaut acceptation

L’organisation des départs en congés ressort du pouvoir de l’employeur ; le salarié ne peut donc pas en principe fixer lui-même ses dates de congé, ni a fortiori s’absenter sans autorisation préalable de l’employeur. En pratique, les salariés soumettent...

Inaptitude et dispense de reclassement

La Cour de cassation vient certainement de mettre fin au débat sur la nécessité, pour l’employeur, de consulter, ou non, le CSE pour recueillir son avis sur un reclassement que l’avis d’inaptitude l’a dispensé d’effectuer précisant que l’état de santé du salarié...

Focus : Clause de non-concurrence

Par un arrêt du 26 janvier 2022 (n° 20-15.755), la Cour de cassation a précisé sa jurisprudence relative à la clause de non concurrence :  Clause de non-concurrence : la contrepartie financière ouvre droit à congés payés. Dans cet arrêt, la Cour de...